Aller au contenu principal
couverture du document

Jardin, Alexandre (1965-....)

Contents


Biographie

Famille

Alexandre Jardin est le fils de Pascal Jardin (1934-1980), écrivain et scénariste, dit le Zubial ; lui-même fils de Jean Jardin (1904-1976), dit le Nain Jaune, homme politique, directeur de cabinet de Pierre Laval sous le régime de Vichy. Il a deux frères, dont le réalisateur Frédéric Jardin et une demi-sœur. Il est le cousin de Stéphane Delajoux.

Littérature

Il écrit à 20 ans son premier roman, intitulé Bille en tête (1985 ; prix du {{1er}} roman en 1986). Il obtient en 1986 son diplôme de Sciences po. Il est réalisateur de plusieurs films dont Fanfan ou Oui et a aussi été, à l'époque, chroniqueur au Figaro.

En 1988, il reçoit le prix Fémina pour son livre Le Zèbre, ouvrage qui a été adapté au cinéma par Jean Poiret en 1992 (avec Thierry Lhermitte dans le rôle principal).

Il a été chroniqueur littéraire pour Canal+ dans l'émission Nulle part ailleurs (avec Philippe Gildas et Antoine de Caunes).

En tant qu'écrivain, ses principaux thèmes sont l'amour à la Feydeau et la pédagogie. Il aborde la peur de la monotonie et le regain de la première flamme amoureuse. Des enfants émerveillés sont souvent mis en scène.

En 1999, il est à l'origine de la création de l'association Lire et faire lire avec le journaliste Pascal Guénée.

En 2002, il poursuit son engagement associatif avec la création de l'association Mille Mots pour laquelle des bénévoles retraités interviennent en prison. Il est également parrain de l'association Unis-Cité qui propose un service civil volontaire aux jeunes âgés entre 18 et 25 ans.

En 2004, il écrit une série d'ouvrages destinés aux adolescents, Les Coloriés. En mai 2004, Philippe Muray lui consacre dans Exorcismes Spirituels -Moderne contre moderne, un article intitulé « Effroyable jardin ».

Il publie le {{1er}} avril 2008, Chaque femme est un roman, une série de portraits de femmes.

En 2011, il participe au festival littéraire Metropolis bleu. Cette même année paraît Des gens très bien, dans lequel Alexandre Jardin questionne le passé vichyste de son grand-père et le déni familial le concernant. Il s'interroge notamment sur son rôle lors de la rafle du Vélodrome d'Hiver en juillet 1942. La nécessité pour lui de faire la lumière sur ce {{Citation}} et d'{{Citation}} a provoqué des remous dans son entourage familial mais il affirme être sorti profondément régénéré de ce processus psychologique de mise à nu qu'il confirme dans Joyeux Noël, ouvrage inspiré de ses rencontres avec les lecteurs qui se sont confiés à lui après son précédent opus.

Politique

En 2012, lors de l'élection présidentielle, il reproche à François Hollande une vision quantitative de la politique d'éducation, et un manque de vision qualitative.

En 2015, il fonde l'association « Bleu Blanc Zèbre » (BBZ) qui est à l'origine du mouvement citoyen collaboratif « Bleu Blanc Zèbre ». Ce mouvement {{citation}} et lance une pétition nationale : le manifeste des « Faizeux » : {{citation}}.

Le {{nobr}}, il publie son ouvrage Laissez-nous faire ! On a déjà commencé{{,}}.

Alexandre Jardin entend tirer ses compatriotes vers le haut et espère dissoudre le mouvement en 2017, après avoir gagné son combat, et alors {{citation}}. Le combat sera gagné lorsque les politiques (les « Diseux ») confieront à la société civile (les « Faizeux ») des « contrats de mission de service public »{{,}}.