Aller au contenu principal
couverture du document

Dernière cartouche

Auteur du texte
La Bleue
Publication
Paris : Stock, 20200826
1 vol. (216 p.) : 21 cm x 13 cm
Résumé
"Il m'a appris à éviter les au revoir, à détester les quais de gare. Quand il m'y accompagnait, il faisait semblant d'oublier l'horaire. Une demi-heure avant le départ, il disparaissait, je m'inquiétais. Ma mère, compatissante, disait : ''Tu sais, ton père, ses promesses... '' La voiture qui se garait devant la maison, sur le trottoir, la faisait taire. Il ouvrait la porte d'entrée, passait une tête et demandait : ''Alors, qu'est-ce que tu bouines ? T'es prête ? '' [... ] Paul des Tures est mort aux alentours de 11h15. En février 1993, le premier mercredi du mois. J'avais vingt-trois ans, je fumais des blondes, lui des brunes sans filtre. Je suis sa fille aînée. J'aurai bientôt son âge. Il venait d'avoir cinquante et un ans. Chez les des Tures, on ne pose pas de questions. [... ] Dans ses effets personnels, remis aux ayants droit, il n'y avait qu'un briquet jetable, un trousseau de deux clés de voitures, un autre d'appartement et un petit sachet transparent avec son alliance et sa chevalière, couvertes de sang coagulé". Il a cru qu'il ferait mieux que les autres. Il pensait que tout allait lui réussir... Il a fini par appeler son labrador chien de con.